Des talents de cuisinier... plutôt mitigés

Des talents de cuisinier... plutôt mitigés - Travis Tate

En rentrant de mon travail, j’avais peu d’idées pour confectionner un bon repas pour mes enfants. Ma femme était en déplacement, et je devais reprendre les petits chez la gardienne. L’heure tournait, et je n’avais pas réalisé que le trajet serait si long. Je regardais les publicités dans un magazine, et je vis qu’un nouveau traitement, le juvederm, qui faisait des miracles. Quelques problèmes dans les transports ajoutèrent encore un quart d’heure à mon retard. Heureusement que la gardienne de mes enfants est compréhensive, elle les prépara sans heurts, et nous avons pu arriver sans encombre dans notre appartement. Je n’avais pas pensé à faire quelques courses dans un magasin d’alimentation, je devais donc me contenter de ce que je trouverais à la maison. Dans le réfrigérateur, quelques tranches de saumon fumé, voisinaient un reste de bacon, des tagliatelles déjà cuites et saucées, étaient restées dans une boîte en plastique, des yaourts natures et des fines herbes achevaient de compléter ce qui me restait. Que faire avec ces ingrédients ?

Je regardais dans les réserves sèches. Pendant ce temps, mes enfants étaient sagement dans leur chambre, et je n’entendais aucun éclat de voix. Tout était calme. Je m’affairais autour de la plaque de cuisson. J’avais trouvé un paquet de lentilles corail, et je m’apprêtais à leur préparer avec elles, une soupe. Au fond d’une casserole, je fis revenir quelques carottes et un petit oignon. Je préparais ma poêle à côté, pour faire revenir le bacon. L’alliance des deux saveurs est excellente, et j’avais déjà testé une recette similaire que j’avais réussie. J’entendis un objet lourd tomber. Je me précipitais dans la chambre des enfants, même si je n’avais pas entendu de cri succéder au bruit. Le capharnaüm qui envahissait la chambre était tel, que je ne voyais aucune des deux têtes blondes. Je les entendis. Ils avaient construit une cabane avec le matelas d’un des lits, et l’avait recouverte de tous les jouets qu’ils avaient. Ils jouaient aux explorateurs, et ils avaient imaginé ce décor comme imitation d’une mine.

Je sentis l’odeur du brûlé se répandre dans mon logement ; trop occupé, et abasourdi, par la contemplation de l’œuvre de mes fils, j’avais oublié le repas que je devais préparer. Tout était calciné, et le fond de la casserole était noir charbon. J’appelais mes enfants pour leur expliquer que nous n’avions plus rien à manger et que, en conséquence, je les invitais au restaurant.